19/10/2009

Klimt

Découverte, hier, dans le cadre de la biennale "Art nouveau - Art déco" de l'hôtel Crowne Plaza (Bruxelles - Gare du Nord). Un palace de 1908  qui a connu les heures de gloire que l'on imagine et un déclin sordide dans les années 70. Le lieu aurait même été squatté et promis à la démolition, etc. Mais ce magnifique hôtel Belle Epoque a été récemment restauré dans le style "Klimt" c'est-à-dire en référence à la Sécession viennoise et ses lignes géométriques annonciatrices de l'Art déco...  Les nombreux tapis ne sont pas sans rappeler certains éléments de la robe d'Adèle Bloch-Bauer (une muse de Klimt).

Gustav Klimt ayant tant inspiré les personnages de mon roman, je me devais l'illustration ci-dessous.  (Oui, les photos des tapis sont ratées... Envie de les découvrir ? Le bar -Art déco- de l'hôtel est ouvert à tout le monde... ).  

 Crowne Plazza- Copie

10/10/2009

Entrez !

Un jour, un des personnages de mon roman s'est révolté  et s'est écrié que "la Belle Epoque n'a pas été belle pour tout le monde !".

Biennale Art nouveau (+- 1900) - Art déco (1918-1940) : Face aux entrées de "service" des somptueux hôtels de maître 1900 et les chambres de "bonne" des élégantes demeures de l'entre-deux-guerres, j'ai maintes fois repensé à cette phrase valable pour les deux époques (qui l'a dite ? Jack ? Valmont ?)

Illustration : Les sonnettes de l'hôtel Wielemans (Rue Defacqz Ixelles)...

Ce chef d'oeuvre Art déco (rutilant d'influences mauresques-andalouses) date de 1925... (donc plus rien à voir avec La Belle Epoque) et est signé Adrien Blomme, génial architecte ayant touché à divers styles (Art nouveau, Art déco, modernisme) et divers types de constructions (bâtiments privés, publics, commerciaux, industriels, de loisirs, etc.).  

Maison Wielemans - Copie

02/10/2009

Biennale Art nouveau et Art déco...

La biennale commence demain (samedi 3 octobre) et toutes les infos sont ici (clic)

KM va-t-elle participer un peu, beaucoup, passionnément, pas du tout ?

Devinez -;)

  Biennale - Copie

29/09/2009

"L'Orient des architectes"

Cette expo se tient aux Halles Saint-Géry (Bruxelles) jusqu'au 1 novembre 2009

"Depuis le Moyen-Age, la notion d'Orient sous-entend un continent exotique aux frontières floues, un amalgame de toutes les cultures à l'est de l'Europe, incluant le nord de l'Afrique, le sud de l'Espagne et de l'Italie" (Folder expo). 

Balade à la rencontre d'étranges éléphants, de mystérieux chats-tigres, de serpents et de dragons inquiétants, mais aussi  de pagodes chinoises, de temples hindous, de bains mauresques, etc. 

Le visiteur se retrouve en Afrique, en Inde, en Egypte, en Espagne,  mais aussi à Bruxelles, Anvers, Paris, Londres, Brighton, défile devant des façades Art nouveau ayant un p'tit quelque chose d' exotique, des sgraffites arabisants, des tours de manufacture aux allures de minaret, et pénétre même au coeur de salons européens fin de siècle aux allures de palais de mille et une nuits où trônent de grands bourgeois déguisés en émirs.  

Bref, des temples francs-maçons "égyptiens" (Bxl rue de Laeken, rue du Persil) aux décors hallucinants des  salles de spectacle 1900 (Bxl L'Eden, L'Aegidium) sans oublier de hauts lieux Art déco (Bxl L'Eldorado, la maison Wielemans), le visteur devenu explorateur est plongé dans un monde envoûtant -et- fantasmé à l'extrême.

C'est l'Orient des architectes qui "transposent cet Orient mythique dans la troisième dimension (...) Points de ponctuation de l'espace urbain, les architectures exotiques apportent les effluves du dépaysement à une époque où les voyages à l'étranger sont encore exceptionnels". (Folder expo).

Intenses liens avec l'Art Nouveau : L'expo évoque l'influence, par exemple, du Japon sur Paul Hankar qui introduisit dans l'A.N. des éléments géométriques, se démarquant des lignes sinueuses de Horta. Photo d'une robe conçue par l'architecte van de Velde pour son épouse,  aux motifs reproduisant exactement ceux d'une estampe japonaise...

Et puis : "A la lumière des études récentes consacrées à l'éclectisme, l'historicisme et l'orientalisme, l'apport de ces architectures, encore trop souvent considérées comme   mineures, sinon triviales, commence à être réévaluées. Elles ont,  entre autres, introduit  le concept de fluidité spatiale largement récupérée par L'Art Nouveau, contribué aux phénomènes  d'acculturation et de métissage culturel, et last but no least, fait rêver des générations". (Texte expo).

Illustration : Halles Saint-Géry

Expo Saint-Géry 1 - Copie

26/09/2009

Lieu de rêve... Lieu rêvé ?

Voici la fameuse salle mauresque de l'Aegidium. Salle de fête, salle de cinéma... Elle témoigne de l'engouement du XIXe siècle  pour "l'exotisme"...  

Et plus particulièrement  pour l'Orient... Un Orient oscillant entre réalité et imaginaire, rêve et fantasme...  (et dont la représentation fantasmagorique habite encore l'inconscient collectif...).

Envie de découvrir ce sublime lieu ?

Déjà mentionné, l'Aegidium sera accessible au public le 1er we d'octobre dans le cadre de la Biennale Art nouveau.

Et... une expo a lieu en ce moment aux Halles Saint-Géry (jusqu'au 1 novembre). Thème : "L'Orient des architectes"... L'Aegidium y est présenté... 

Aegidium copie

24/09/2009

L'Aegidium (Saint-Gilles) (2)

Qui a dit que sur ce blog n'apparaîtraient que des sgraffites somptueux, des façades Art nouveau merveilleusement restaurées, des objets de décoration 1900 incroyablement bien conservés ?

Pas moi.

Aegidium 1905 (suite)

Ps : Hier, je faisais allusion au style éclectique du bâtiment considéré Art nouveau, mais composé de nombreux élements "classiques", notamment les putti (rebaptisés angelots grassouillets par Icône, un de mes personnages).

On distingue nettement un putto sous une guirlande.

Aegidium 3 - Copie

22/09/2009

L'Aegidium (Saint-Gilles) (1)

L'Aegidium ou : « l'Egidium », le « Diamant Palace », « le Panthéon Palace »...   

Lieu de fête de la Belle Epoque.... Dancing des années folles... 

Ce haut lieu des nuits bruxelloises, abrite depuis 1970, les œuvres sociales de la paroisse de Saint-Gilles. 

Le bâtiment construit en 1905 (considéré Art nouveau malgré de nombreux éléments éclectiques) est composé, au rez-de-chaussée, d'une multitude de petites salles (jadis café, restaurant, etc.) ; à l'étage d'une salle de bal (style Louis XV) et... d'une fascinante et ô combien mystérieuse salle mauresque qui fut un théâtre en 1905 et une salle de cinéma dans les années trente.

L'Aegidium est le seul lieu bruxellois à mêler Art nouveau et décor arabisant sur une telle surface.

Le bâtiment complètement délabré serait restauré pour 2015 et retrouverait, paraît-il, non seulement sa beauté de jadis mais aussi sa fonction première de lieu de sortie, de fête et de culture... 

Mon coup de cœur : le monumental escalier menant au théâtre oriental...

Ce dimanche des Journées du Patrimoine, les jolies fées qui hantent les théâtres abandonnés et les cinémas disparus ont eu envie d'être bienveillantes avec la petite écrivante qui arpentait médusée ce haut lieu mémoire. Malgré la cohue, je crois bien avoir perçu les murmures des bourgeoises corsetées de la Belle Epoque et les rires francs des belles aux cheveux courts des années 20. Si ! Les unes montaient l'escalier d'un air indifférent, les autres le descendaient à toute vitesse. Le public 2009 mitraillait de photos. Personne n'a fait attention à moi et aux notes que je prenais. J'ai quitté l'Aegidium un léger sourire aux lèvres : « J'ai écrit un roman qui s'appelle une Belle Epoque ».

L'Aegidium est situé à Saint-Gilles (parvis) et sera ouvert au public le 1er week-end d'octobre dans le cadre de la biennale Art nouveau.

 

Aegidium - Copie

18/09/2009

"Venus d'ailleurs"

Samedi 19 et dimanche 20 septembre 2009

 Journées du patrimoine à Bruxelles

Thème : "Venus d'ailleurs"

 

De l'exotisme aux jardins français ou anglais,  du style cottage au style beaux-arts, des périodes espagnole, autrichienne, hollandaise, française  aux influences mauresques... Lumière sur ces apports "d'ailleurs" qui ont fait de l'architecture bruxelloise ce qu'elle est... un grand patchword.

Il va sans dire qu'une écrivante ayant écrit sur la Belle Epoque et occupée à écrire sur... (trop superstitieuse pour en dire plus) se devait d'étudier le programme ligne par ligne...

Illustration perso  : Pavement hall d'entrée du magasin Old England - bâtiment Art nouveau- devenu le musée des instruments de musique (Bruxelles, Mont des Arts).

Le programme ? Clic ici

Old England- Copie

18/07/2009

Balade Belle Epoque

C'était il y a deux ans... J'étais alors habitée par un autre projet... 

Rien à voir avec celui-ci...

J'avais photographié cette maison 1900 sans penser qu'un jour...  

(Lieu : En face de l'entrée du béguinage de Diest) 

 Diest- Copie

04/07/2009

"Un destin pour la vie..."

« Au 19ès. les hommes sont considérés comme supérieurs, rationnels, forts et courageux, les femmes comme inférieures, intuitives, faibles et sensibles. Ces caractéristiques sont assimilées à des « qualités naturelles » ; elles justifient une organisation sociale fondée sur la domination masculine et l'obéissance féminine. Les lois, la religion et la science de l'époque renforcent ces préjugés » (source : texte expo).

Expo « Garçon ou fille... un destin pour la vie ? »

Cette expo a été visible au musée BELvue jusqu'au 31 mai 2009. Pourquoi en parler alors qu'elle est terminée ? Tout simplement parce que le dossier pédagogique y référant est toujours accessible sur le site du musée, qu'il est bien fait et permet de réfléchir sur le genre, les clichés, les préjugés et les conditionnements.

Parcours dans l'histoire de la Belgique de 1830 à 2000 : Du modèle familialiste bourgeois ayant formaté toutes les couches de la société aux combats des mouvements féministes, l'expo explore notre passé, notre mémoire, met l'accent sur les stéréotypes sexistes d'hier (et d'aujourd'hui). Du code civil de Napoléon (promulgué dans nos régions en 1804) édifiant un système régit par l'autorité paternelle dans laquelle la femme n'a quasi aucun droit en passant par l'(es) enseignement(s), le(s) monde(s) du travail, l'expo rappelle l'enfermement des un-e-s et des autres dans des rôles bien déterminés et ô combien limités : « ELLE sera douce, sensible, maternelle... ELLE sera une bonne épouse, une mère attentive et une maîtresse de maison parfaite... ELLE ne touchera pas son salaire, ELLE demandera à son mari la permission d'ouvrir un compte en banque.... ELLE suivra des cours d'économie domestique... Son cerveau est d'ailleurs plus petit que celui d'un homme, donc... » ... « IL sera fort, courageux, intelligent, rationnel... IL défendra la patrie... IL sera le chef de famille... IL commandera et décidera pour ELLE(S) » etc. Thématique par thématique l'expo présente les contextes historiques, dénonce les stéréotypes et met en avant les actions des combattant-e-s de l'égalité.

L'expo rappelle -aussi- que les acquis sont fragiles, surtout en période de crise.

Illustration : l'affiche de l'expo (une image Belle Epoque...)

Et... Ouverture d'une nouvelle « catégorie » : « Je visite des expos en attendant la parution de mon roman »

 

Un destin pour la vie